12/12 Gérer son stress grâce au kundalini yoga

 

Hervé Bellut

 

Gérer son stress grâce au kundalini yoga

 

Le stress est une des maladies du siècle. En voici la définition donnée par l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail :

‘’Le stress survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que le processus d'évaluation des contraintes et des ressources soit d'ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il affecte également la santé physique, le bien-être et la productivité’’.


Dans notre société, le yoga a très bonne presse en tant que solution (miracle ?) au stress. Et en effet, c’est un excellent outil qui, s’il est utilisé correctement, porte ses fruits et apporte une réponse à ce douloureux problème de société. Mais cela ne se fait pas tout seul…

Prenons la respiration comme point d’entrée.

En situation de stress, la respiration n’est pas gérée consciemment. Elle se fait plus courte et rapide, ne renouvelant pas entièrement l’air des poumons. Cela se traduit par un résidu de gaz carbonique qui a pour conséquence d’acidifier le sang. Cette modification de l’acidité, donc du PH, modifie la capacité d’absorption du calcium,  conformément à l’équation d’Henderson-Hasselbalch, enseignée en médecine, ce qui se traduit alors par des contractions musculaires, d’où les tensions ressenties.

On enseigne en cours de yoga comment apprivoiser puis maîtriser sa respiration, passant de plus de dix cycles par minutes à quatre à six. L’apprenti yogi dispose alors d’un moyen pour rapidement se mettre dans des conditions de détente, simplement et ajustant sa position, c’est-à-dire en se redressant, et installant cette respiration longue et profonde. La méditation, souvent associée à un mantra, facilite le processus.

Ça, c’est la théorie, lorsque tout se passe bien, ce qui devient fréquent pour un pratiquant confirmé.

Mais bien souvent, la vie quotidienne ne nous offre pas la même quiétude que la salle de méditation que nous  avons aménagée avec soin. La méditation n’est pas une pilule calmante et anesthésiante aux effets instantanés. Si vous proposez un peu sèchement à une personne stressée en pleine crise d’énervement de méditer pour se calmer, vous risquez fort de servir d’exutoire et de déversoir à sa colère. Bon, ça l’aura peut-être calmée, mais pas vous…

Pourtant, il est vrai que le yoga apaise. Très vite grâce à la respiration, mais encore plus efficacement à moyen et long terme, par la résistance développée par le pratiquant.

Cet aspect du yoga est méconnu, et surprend parfois, surtout en kundalini yoga, assez exigeant physiquement, (pour celui qui souhaite s’y investir, puisque chacun pratique avec un investissement à sa mesure). On a souvent l’image du yogi qui traverse les épreuves sans que cela paraisse le toucher, restant impassible, calme, détendu et maître de lui-même, y-compris  dans l’adversité. Ce qu’on oublie ou ignore, c’est que l’obtention de ce résultat est le fruit d’une discipline, et que cette dernière implique des efforts. Mais travailler sa résistance est une belle aventure, qui offre alors la satisfaction de l’œuvre accomplie.

Encore un bienfait collatéral du yoga. En plus de nous apprendre efficacement à gérer notre stress, il nous offre une bien meilleure image de nous.

Alors, ne nous privons pas. Une once de pratique vaut des tonnes de théorie.

 

Bonne pratique

Hervé

Le cyclamen Blanc

Kundalini yoga, Ateliers et stages "du mal vivre au mieux-être"

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir