Contamination des inconscients 2

CONNAIS-TOI TOI-MÊME

Contamination des inconscients (2)

Nous avons évoqué la semaine dernière l’importance de l’état de détente ou de tension d’une mère auprès de son fils hyperactif, état pouvant apaiser ou exacerber le comportement de l’enfant. Cette situation était proposée en illustration du phénomène de contamination des inconscients.

Voyons aujourd’hui comment nous sommes tous soumis à la pression collective.

Nous pourrions aborder le sujet en évoquant l’inconscient collectif, la trame psychologique globale (dans l’esprit du tantra, dont c’est une des traductions) ou bien la création et le renforcement d’égrégores.

Mais en fait, non. Nous allons tout simplement parler de nature, de phénomènes physiques en général, et de modification de systèmes en particulier. Il sera question d’inertie, de résistance au changement, de diverses sources de paralysies, sujet qui apparaît immédiatement en filigrane dés que l’on évoque le fait de vouloir changer pour aller mieux, en savourer l’essence et en faire profiter nos proches.

Commençons par une expérience du quotidien : une goutte  tombe dans une grande étendue d’eau. On pourrait croire que cette dernière, un lac par exemple, est enchantée d’accueillir une nouvelle arrivante. Pourtant, observons de près. La goutte tombe dans l’eau, s’enfonce,  puis resurgit au-dessus de la surface, avant de retomber, définitivement cette fois-ci. Elle a d’abord été rejetée avant d’être finalement acceptée. En électricité, la loi de Lens énonce qu’en approchant un aimant d’un barreau métallique, il se crée dans ce dernier un champ magnétique visant à repousser l’aimant.

Nous pourrions multiplier les exemples, depuis la physique la plus basique jusqu’aux processus sociaux : apportez brutalement une réforme dans une entreprise et vous aurez des grèves, refaites le chemin inverse trois ans plus tard, vous entraînerez également des grèves.

Il n’y a aucun doute, la nature résiste au changement, et nous également. Ainsi, dans les comportements humains, les six étapes du changement qui ont été identifiées sont : CHOC – REJET – RECONNAISSANCE – ACCEPTATION – SENS – INTEGRATION.

Réaliser cela, savoir que la résistance et le rejet sont des processus normaux face au changement aide considérablement à oser apporter des modifications en soi et dans nos vies, et surtout à persévérer.

Revenons-en à la contamination des inconscients.

Cette dernière agit comme une sorte de ciment collectif, qui justifie bien l’appellation d’inconscient collectif proposée par C.G. Jung en son temps. Nous y sommes tous soumis et chacun y contribue. En prendre conscience est particulièrement bénéfique. En effet, nous souhaiterions  tous apporter du soulagement autour de nous, du mieux-être, contribuer à un monde meilleur, si ce n’est pour tous, c’est au moins pour les proches. En osant nous changer, en ayant le courage de faire un premier pas, tout en étant conscient des inerties auxquelles on s’oppose, on dispose alors d’un levier puissant, à portée de main.

Cela demande toujours des efforts, pour les raisons d’inertie évoquées ci-dessus, mais c’est le moyen le plus immédiat et le plus accessible que nous disposions tous.

Hervé Bellut, consultant, professeur de kundalini yoga et thérapeute, auteur du livre l'éveil des consciences, transition vers une nouvelle ère, éditions Dangles.

Retrouvez nos rubriques hebdomadaires :

SCIENCE ET CONSCIENCE

CONNAIS-TOI TOI-MÊME

EVOLUTION SOCIETALE

PRATIQUE

+ d'infos sur les rubriques :  http://www.yogatoulouse.org/index.php?option=com_content&view=article&id=60:rubriques-hebdomadaires&catid=18:edito&Itemid=27

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir