Les enfants turbulents RUBRIQUE EVOLUTION SOCIETALE

Les enfants turbulents

Certains parents sont confrontés à de grandes difficultés avec leurs enfants qui, selon leurs dires, sont particulièrement turbulents, et quasiment impossible à cadrer. A les entendre, ils ont engendré des êtres exceptionnels, ce qui explique leurs tourments. Ce phénomène est si peu isolé qu’il a été nommé : hyperactif, hyperkinétique, troubles déficitaires de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Ils ont même été appelés les enfants indigo dans certains milieux sensibles à l’éveil des consciences.

Je viens récemment de côtoyer trois familles confrontées à cette question, et certains points m’ont sauté aux yeux, notamment ceux concernant  l’autorité paternelle et la fierté des parents.

Commençons par le premier point. Dans les trois cas le père de famille a une bonne situation, exerçant un métier à forte responsabilité dans un poste hiérarchiquement élevé. Intelligents et cultivés, ces pères ne souffrent guère d’hésitation en termes de prises de décision. Celles-ci s’appuient  sur des certitudes ancrées dans des valeurs solides maintes fois confirmées par le raisonnement. Quant à l’autorité, ils l’utilisent à profusion au quotidien. Leurs choix sont la plupart du temps justes et indiscutables, c’est-à-dire validés par la machine sociale que représente l’entreprise.

Passons à présent au rapport à l’enfant.

On est en droit de se demander si l’augmentation du nombre d’enfants turbulents n’est pas corrélée avec les modifications des valeurs sociétales, celles-ci survalorisant  les capacités intellectuelles au détriment des valeurs morales et de cœur.

Disons-le clairement, un enfant se moque éperdument des structures hiérarchiques, et même des raisonnements intellectuels, qu’ils soient justes ou non. C’est au niveau affectif et émotionnel qu’il se situe. Ce qu’il cherche, c’est de SENTIR la force de son père, non de la comprendre. On ne négocie pas avec un enfant, on pose un cadre. Il a besoin de sentir la force de l’autorité qui le rassure, il se sent alors protégé.

Les questions de société ne sont pas d’un grand secours pour les parents confrontés à l’hyperactivité. Les plus réactifs en viennent parfois à faire appel à un psychologue, pour étudier ce qui ne va pas chez leur enfant. C’est un bon début. La puissance de l’amour d’un parent envers son enfant donne une force et un courage considérables, et la démarche est respectable.

Mais est-ce vraiment la solution ? En partie oui, bien sûr, puisqu’en écoutant l’enfant et en lui accordant l’attention dont il a besoin, il est possible de l’aider à changer.  Mais le comportement de l’enfant est aussi un message transmis à ses proches, notamment à ses parents. Il ne faut pas se voiler la face, il est également nécessaire pour ces derniers de se remettre en question, et parfois sérieusement.

L’enfant cherche la force affective et émotionnelle de son père, la meilleure solution serait qu’il la trouve. Mais nous avons vu précédemment* combien il est difficile de modifier des équilibres et des comportements établis. Cela passe par  des bouleversements psychologiques ayant de multiples répercutions. D’autant que d’autres freins exercent également leur pression.

Il s’agit là du deuxième point, concernant la fierté des parents.

Ceux-ci, pour la plupart, se plaignent et souffrent d’avoir un enfant turbulent. Mais on peut se demander si, inconsciemment, ils n’en seraient pas plutôt fiers. Comment expliquer le fait que leur progéniture est le sujet principal de leurs conversations en société ? Ce ne serait pas le cas s’ils y voyaient une sorte de tare familiale dont ils auraient honte. Il est connu que les enfants hyperactifs ont souvent un quotient intellectuel supérieur à la moyenne et qu’ils sont fréquemment plus créatifs. Les parents concernés sont souvent les premiers à le savoir et le faire savoir. Voilà qui permet d’accepter une situation difficile avec un bénéfice secondaire sans avoir à se remettre en question.

Il me semble qu’un enfant turbulent est une opportunité d’évolution considérable pour ses parents. Ces derniers peuvent avoir ainsi le courage de se remettre en question, en investissant la sphère affective et émotionnelle.

On le sait, dès qu’une personne démarre une démarche de développement personnel, cela impacte tout son  environnement. Parents, enfants, proches amis, tous vont être concernés. Si cela entraînera quelques turbulences, mais l’épanouissement et le développement de l’amour sont la plupart du temps à la clé.

Bon cheminement.

* Voir les articles « contamination des inconscients »

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir