Quelle technique d’écoute de l’inconscient choisir

Quelle technique d’écoute de l’inconscient choisir ?

Nous avons vu combien il est important, pour avancer sur nos chemins personnels, d’être à l’écoute de messages envoyés par nos inconscients, en particulier ceux en provenance de notre Soi. Celui-ci nous mène vers l’individuation, qui représente en quelque sorte la réalisation de notre « mission » personnelle. Pour cela, il est nécessaire de se repérer dans l’offre fournie des techniques d’écoute de l’inconscient.

Avant toute chose, le message est : Relaxe ! Détendons-nous, il n’y a pas de danger et notre intuition, notre guide intérieur, quelle qu’en soit l’appellation que nous lui donnons, saura trouver la voie qui nous convient le mieux. L’immobilisme ne serait pas la bonne stratégie. Il n’est pas nécessaire d’attendre que la pression intérieure soit suffisamment forte pour engendrer les remises en question et cela risque alors de ne pas se faire dans la douceur.

Plutôt que de parler d’écoute de l’inconscient, il serait plus judicieux d’évoquer une réceptivité ou une sensibilité à ses messages. Ainsi, Freud avait attaché une grande importance aux lapsus et aux actes manqués.  L’attention  aux synchronicités et aux coïncidences significatives est également une part importante de l’écoute de la guidance intérieure qui devient alors un mode de vie.

Voici maintenant quelques indications concernant différentes techniques.

Elément fondamental de la psychanalyse, le rêve peut être considéré comme une des sources principales d’information. Carl Gustav Jung disait qu’un rêve non analysé est comme une lettre reçue par la poste et non ouverte. L’atout majeur du rêve est qu’il est l’expression directe de l’inconscient, sans aucune sollicitation. Cela signifie qui si notre inconscient nous fait faire un rêve, c’est qu’il a un message à nous transmettre, précisément à ce moment. Il suffit de désirer y être attentif pour que les rêves  se manifestent et constituent une source d’information et de guidance spontanée et régulière. Leur interprétation est délicate et dépendante de la personne qui la mène, mais l’inconscient tentera toujours de choisir l’efficacité, quitte à renvoyer un rêve de correction en cas de mauvaise compréhension. L’écoute des rêves constitue un élément incontournable pour celui qui souhaite suivre sa guidance intérieure.

D’autres méthodes sont plus « actives » et peuvent être mises en place de façon plus directive. Nous pouvons ainsi citer l’hypnose, seul ou accompagné, et la respiration holotropique.

Dans le cas de l’hypnose, il s’agit de s’adresser à l’inconscient pour le diriger ou l’écouter, comme durant un rêve éveillé ou en sophrologie. Dans cette technique, le mental aura souvent tendance à se dire qu’il se raconte un film qui n’a guère de signification réelle. C’est en grande partie exact et il est sage de ne pas surévaluer la signification des informations perçues dans ces conditions. Cependant, s’il est possible de diminuer la portée des données ainsi perçues, on peut également se demander pourquoi le mental nous raconte précisément ce scenario et non un autre.

La respiration holotropique est la technique la plus impressionnante, car elle met en œuvre l’émotionnel de façon éclatante. Mise au point par Stanislav Grof, inspirée par des techniques chamaniques ancestrales, cette méthode utilise une respiration à partir du haut des poumons. Cela crée, par hyper ventilation, une augmentation de l’oxygénation du cerveau qui permet de déclencher des états modifiés de conscience. Souvent pratiquée en groupe et accompagné par un binôme avec l’aide des thérapeutes, elle utilise également des musiques suggestives qui offrent au participant un voyage dans l’inconscient tout à fait original et inattendu.

Nous pourrions encore décrire d’autres techniques dérivées de la respiration, comme le rebirth, la méditation, ou la respiration consciente car les voies ne manquent pas. Ce qui reste fondamental, c’est ce qu’on en fait.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir