Pourquoi voulons-nous des certitudes

Pourquoi voulons-nous des certitudes ?

 

Si vous amiez cet article, faites-le découvrir en cliquant sur "j'aime"

 

Je suis en pleine préparation de la conférence de demain qui portera sur la physique quantique et ses conséquences philosophiques et spirituelles, et cela me génère des réflexions, dont la question ci-dessus.

 

Lorsqu'il est devenu clair que la lumière présentait A LA FOIS le caractère ondulatoire ET l'aspect corpusculaire de nombreux débats passionnés ont pu s'arrêter.

 

Qui avait raison ?

 

Les partisans de l'onde, ou ceux de la particule ?

 

LES DEUX !!!

 

Et fin de discussion ?

 

Bien sûr que non. Il semble que la confrontation d'idées fasse partie de notre nature, mieux, qu'elle en soit un élément basique.

Dés l'école maternelle et même avant, l'enfant veut s'imposer, avoir raison face à l'autre. "Je le sais mieux que toi !" Telle était la petite phrase que nous utilisions alors.

 

Cette confrontation d'idées nous permet de nous construire, de nous fritter, au sens du frottement qui ajuste les formes par usure mutuelle.

 

Le but de chaque protagoniste est d'avoir raison, de prendre l'ascendant sur l'autre et ainsi de le dominer. Il s'agit AVANT TOUT d'interfacer avec l'autre, de créer et maintenir du lien, la communication étant vitale.

 

A mesure que l'on avance dans la rencontre avec l'autre, les rapports s'adoucissent. On apprend à parler de soi et non plus à empiéter sur l'espace adverse en parlant pour lui, on découvre le respect, l'écoute, l'entente et à terme, l'amour.

 

Car c'est bien ce dont il est question.

 

Même en physique quantique, si on avance, pas par pas, un peu plus loin à chaque fois, on passe de la matière à l'observation, puis de l'observation à la conscience, puis de la conscience à la pensée, puis de la pensée à l'amour, qu'il n'est pas difficile ensuite de relier aux textes sacrés.

 

DONC, si on veut résumer un peu brutalement. On cherche à avoir raison sur l'autre, à prendre son ascendant, car on recherche l'amour.

 

Et, franchement, nous sommes dans un univers où le vecteur des forces d'interaction est l'énergie, portée par la lumière (ou plutôt l'onde électromagnétique). Déjà, à la base, cette dernière prend plusieurs états qu'il n'est pas possible de distinguer.

Alors, comment imaginer trancher et donner raison à un parti ou l'autre lorsqu'il s'agit de questions plus philosophiques ?

 

Si le message sous-jacent est juste "j'ai besoin d'aimer et d'être aimé", alors, ok pour donner raison à tout le monde.

 

Bon cheminement. Et à demain pour ceux qui viendront nous écouter.

Hervé

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir