Plus belle la vie en maison de retraite 6 Comment aider Mme R

 Plus belle la vie en maison de retraite 6 : Comment aider Mme R. ?

 

Mon article précédent intitulé « Aidez-moi !» a suscité beaucoup d’émoi et quelques réactions. En effet, comment ne pas être touché et se sentir démuni face à cette souffrance silencieuse ?

J’ai ainsi reçu la question « comment aider Mme R ? »

C’est bien sûr l’interrogation qui nous vient à l’esprit, de façon consciente ou inconsciente. Bien que la réponse ne surgisse pas de manière aussi directe, nous pouvons essayer d’apporter quelques éléments.

Tout d’abord : ON NE NETTOIE PAS UN LOCAL EMPLI DE POUDRE A CANON AVEC UNE TORCHE ENFLAMMEE.

Bon, l’image est peut-être un peu fausse car, en réalité, le nettoyage à la torche pourrait être radical. Un peu trop même. BOUM !

Le sens de cette métaphore est à rechercher au cœur même de notre émotionnel. Où en sommes-nous de notre propre souffrance, de toutes ces mémoires enfouies, refoulées, de souvenirs si douloureux qu’ils ont été efficacement occultés ? Comment regarder la tristesse dans les yeux de l’autre si on n’a pas regardé la sienne en face ?

On trouve effectivement une grande souffrance et une grande solitude dans les lieux tels que les maisons de retraites, les hôpitaux ou autres centres pour personnes différentes. C’est la raison principale qui fait que Mme R. reste seule en permanence. Chaque personne qui s’approche d’elle sait qu’elle va être appelée à l’aide, et que le regard échangé, porteur d’une telle douleur, sera difficile à tenir s’il renvoie sur des blessures non guéries. Alors on préfère détourner les yeux et éviter le contact.

Je ne trouve pas de stratégie plus efficace pour chercher à améliorer la situation de ces personnes que de faire du nettoyage chez soi. Apprendre à cultiver l’amour, en allant tout d’abord explorer sa zone d’ombre. Les techniques sont multiples. Les psychanalystes jungiens préconiseront l’écoute des rêves tandis que les tantriques proposent des dynamiques de groupe pour se confronter à l’autre à travers le transfert. D’autres font travailler l’émotionnel à travers le chant en conscience ou la respiration, holotropique ou consciente. Des centaines de stratégies existent. Mahatma Gandhi disait qu’il y a autant de voies vers Dieu que d’individus sur Terre.

C’est vrai, le processus est long et le but semble un peu détourné. Alors, pourrions-nous dire, pourquoi ne pas s’occuper directement de Mme R ?

Bien sûr, il est nécessaire d’apporter son attention et de chercher à faire le maximum pour aider ce type de personne. Mais il n’est pas possible de révolutionner la société en luttant sur tout ce qui nous choque. D’une part, bien souvent, et dans le cas précis qui nous intéresse, ce qui peut être fait est déjà mis en œuvre, à hauteur des possibles, et d’autre part l’Histoire nous a montré que les révolutions, quelles que soient les qualités qui les motivent, entraînent bien souvent des effets inverses à ceux escomptés.

Il y a une autre façon de voir les choses. Oser attaquer l’ombre par l’intérieur, alors qu’on la voit si facilement à l’extérieur de soi.

Encore une fois, vaste programme…

Bon cheminement

 

Hervé

 

Commentaires  

 
0 #1 Lebrun Anne 14-02-2014 12:40
bonjour, bien sûr qu'il vaut mieux être au clair avec sa propre douleur... Mais il existe une méthode "La validation" créée par Naomi Feil (cf livre éponyme) qui permet d'entrer en contact et de communiquer avec des grands vieillards désorientés tel me R. Les aider à sortir de la souffrance qui les emprisonne. Cette méthode tout à fait humble a déjà fait ses preuves en institution. Il existe des modules de formation à Grenade (31) et à Mirande (32) !
Chaleureusement . Anne
Réponse HB : Merci Anne pour cette précieuse information
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir